Nouveau spectacle

L’ASSEMBLÉE des SEA GIRLS (Titre provisoire)
Librement inspiré de l’Assemblée des femmes d’Aristophane
Création 2019

L’ASSEMBLÉE des SEA GIRLS

Un spectacle conçu et interprété par
Judith Rémy, Prunella Rivière, Delphine Simon (Distribution en cours)

Musiciens Dani Bouillard, Vincent Martin (Distribution en cours)

Mise en scène Johanny Bert


Livret Prunella Rivière


Collaboration artistique Judith Rémy, Delphine Simon

Orchestration Fred Pallem

Direction vocale Lucrèce Sassella

Costume Carole Gérard

Scénographie et construction Michel Gueldry

Son David Segalen

Contact Production
 Céline Ferré
0615927843 - celineferre@yahoo.com

Création les 1er et 2 octobre 2019 au Bateau Feu scène nationale – Dunkerque Le 4 octobre à Chevilly Larue
Tournée en cours


Avant même l’ouverture des portes, Les Sea Girls accueillent le public, demandent ici et là de l’aide pour porter des sacs, des tracts, des petits drapeaux, éventuellement une chaise, des bouteilles d’eau... Elles sont dans des tenues androgynes, costumes masculins mais toujours parées de leurs attributs plumes et paillettes. Elles installent les gens, font des allers- retours pour installer des accessoires, ouvrir le rideau de scène, demander de mettre une petite musique d’ambiance. Une certaine effervescence règne.
Nous sommes à l’aube d’une révolution, il faut s’organiser.

Prunella Mesdames, s’il vous plait, il faut commencer, il faut vous asseoir. On avait dit 20h30, ne commençons pas trop en retard, on a beaucoup de chats à fouetter... À une spectatrice dans la salle Alice, on en a déjà parlé, c’est juste une expression. Bon ! Je vous rappelle qu’ici on se tutoie et on s’appelle par nos prénoms. Est ce qu’il y a des musiciennes parmi nous ? Des mains se lèvent Ah venez, ça tombe bien on a récupéré des instruments, il faut faire un geste artistique ! Les musiciens arrivent de la salle et s’installent Vous allez nous enchanter ! C’est formidable, on est très nombreuses ce soir. Bravo ! On a beaucoup désiré ce moment, longtemps préparé cet événement ! Merci à vous toutes d’avoir fait cet effort après le travail, les courses, les transports qui n’en finissent pas... Aux trois autres Sea Girls qui arrivent Ah vous voilà, nous allons pouvoir démarrer.

Delphine Aux trois autres qui sont habillées comme des hommes Ah non, non, non !!!! Ça m’exaspère de vous voir déguisées comme ça, vous êtes ridicules.

Prune Delphine, on en avait parlé, si on va en femme à l’assemblée, le temps qu’on se fasse sifflées parce qu’on est en robe, que des bruits de chèvres ou de poules recouvrent nos prises de paroles, qu’on nous discrédite ou qu’on nous paternalise, nos enfants auront déjà des barbes ou des gros seins.

Delphine Je préfèrerais qu’on se batte comme on est avec ce qu’on a, un peu d’authenticité !

Fée Oulala, non, mauvaise énergie... Faut nettoyer, faut libérer !

Judith On était d’accord.

Tout l’échange qui suit est chanté

Delphine
Nous n’avons pas accès au pouvoir de décisions
Judith
C’est reparti
Delphine
Depuis la nuit des temps, nous les femmes nous subissons
Judith
Elle est aigrie
Delphine
Il est temps d’imposer et nos choix et nos droits Pour entrer dans l’histoire
Sinon toujours nous subirons
Une oppression
Avant tout sociale Avant tout fiscale Et patriarcale
Une oppression
Plus ou moins frontale.
Plus ou moins légale Mais toujours totale

Judith
Moi je n’ai pas du tout cette sensation dans la vie
Fée
Bah moi non plus
Judith
Même si je dois dépendre totalement de mon mari
Fée
J’ai jamais eu
Judith
Il est grand temps ici de respecter ce choix Pour glisser dans l’histoire
Nous avons d’autres solutions

Une discussion
Autour d’une table
Qui soit agréable
Et toujours aimable
Une discussion
Avant tout affable
Qui soit respectable
Et imperturbable

Delphine
Maintenant ou jamais il faut secouer la nation
Judith
On a compris
Delphine
Avec vous aujourd’hui changeons la situation
Judith
Trouve un mari
Delphine
Il est grand temps ici de libérer nos voix
Pour entrer dans l’histoire
Sinon toujours nous subirons

Une oppression
Du tout patronal
Du tout libéral International
Une oppression
Gouvernementale
Sans débat local
Sans procès-verbal

Judith
Moi je n’ai pas du tout cette sensation je l’ai dit
Delphine
Tu te répètes
Judith
On peut changer les choses sans attiser le conflit
Delphine
Je veux qu’ça pète
Judith
Il est grand temps ici de partager ce choix
Pour glisser dans l’histoire
Nous avons d’autres solutions

Une discussion
Qui soit accueillante
Qui soit bienveillante
Un p’tit peu mordante
Une discussion
Qui soit gratifiante
Un peu palpitante
Et toujours confiante

Parlé

Prunella Bon, nous sommes bien d’accord, une oppression qu’il ne faut plus subir !
 Ce soir, nous ne serons plus les mêmes, nous devons aller jusqu’au bout sans quoi tout sera à recommencer dans quelques temps. Sachez que les portes de ce théâtre ne s’ouvriront qu’à la totale victoire de notre démarche, quand nous aurons obtenu ce que nous réclamons !

Il y a 2500 ans Aristophane abordait bien des sujets, toujours brulants d’actualité, dans sa comédie, L’Assemblée des Femmes : la subordination des femmes, bien sûr, mais également celle des esclaves, la mise en commun des biens pour un plus juste partage des richesses, les aberrations des politiques, les passe-droits et la résistance à une société fondée sur ces oppressions multiples.
Les Sea Girls s’inspirent de cette « Assemblée », pour en offrir une version inédite et musicale, réécrite par leurs soins. Parce que la musique permet de partager des situations sérieuses ou scabreuses avec légèreté et finesse.
 À l’heure où la parole se libère, tendant parfois à banaliser le récit des injustices, le défi est d’inventer des situations qui éclairent avec panache les paradoxes et les hypocrisies de notre siècle. Plutôt que de faire passer un message ou d’appeler à une prise de conscience, il s’agit d’embarquer le spectateur dans une expérience singulière.
En effet, la place du spectateur est primordiale. Il est convié sur le plateau, pris à parti, cajolé pour être mieux secoué. Dès son entrée dans la salle, il est tantôt les hommes, tantôt les femmes, parfois l’Assemblée et tout le reste. Il est surtout ici et maintenant, invité à s’impliquer. Car tout le propos est là, comme en -392 avant JC, comme en 1871, comme en 1936, comme en 1968 : imaginer ensemble une solution pour un « monde meilleur » et l’adopter dès ce soir.
Pour ce tournant dramaturgique, Les Sea Girls ont invité Johanny Bert, metteur en scène attaché au récit. Sa pluridisciplinarité (travail de marionnette, opéra avec la Cie Les Brigands, concert en langue des signes avec Emmanuelle Laborie) nous permet de dépasser la forme récital, qui nous est associée depuis nombre d’années. Son exigence et sa vision globale d’un projet nous exhortent à « chercher une révolution intime, agissant artistiquement, poétiquement, politiquement, pour secouer les neurones, revitaliser la pensée ».
Fidèle depuis dix ans Fred Pallem, créateur du Sacre du Tympan, réalise les arrangements et certaines compositions en collaboration avec Prunella Rivière, pour trois musiciens multi-instrumentistes qui seront parfois personnages au plateau. Le livret est écrit par Prunella Rivière, grande prêtresse de LA chanson Sea Girls. Elle se met au service du récit et dépasse toutes les limites.

JOHANNY BERT, CREATEUR, METTEUR EN SCENE

Johanny Bert, metteur en scène, assume un répertoire de créations de formes hybrides. Chaque création est une nouvelle recherche. C’est le propos, la dramaturgie qui l’entraine vers des projets qui ne se ressemblent pas mais qui, au fur et à mesure des découvertes, l’amènent à élaborer un langage théâtral singulier et personnel.
Parmi ses créations, « Histoires Post-it / On est bien peu de chose quand même ! » et « Krafff » (2007) en collaboration avec le chorégraphe Yan Raballand (inspiré d’un texte de Heinrich Von Kleist).
En 2012, il prend la direction du Centre Dramatique National de Montluçon-Le Fracas avec une équipes d’acteurs permanents. C’est avec cette équipe qu’il crée "Le Goret" (2012) de Patrick McCabe traduction de Séverine Magois, "L’Emission" (2012) de Sabine Revillet 
(création en appartement), "L’âge en bandoulière" (2013) de Thomas Gornet (création pour adolescents en salle de classe) et "De Passage" (2014) de Stéphane Jaubertie en coproduction avec Les Tréteaux de France – CDN. Après ce mandat au CDN très positif, il choisit de poursuivre son parcours de créateur en compagnie à partir de janvier 2016.

De 2016 à 2018, il est artiste associé à la scène nationale de Clermont-Ferrand. Durant cette période, il créé "Elle pas princesse / Lui pas héros" (2016) sur un texte inédit de Magali Mougel en coproduction avec le Théâtre Sartrouville Yvelines CDN, "Waste" (2016) de Guillaume Poix au Théâtre Poche de Genève, "Le Petit Bain" (2017) au Théâtre Nouvelle Génération - CDN de Lyon.

Passionné de musique et d’art lyrique, il travaille régulièrement avec des musiciens en scène et débute un travail sur la voix avec « L’Opéra de Quat’sous » (2007) de B.Brecht/K.Weill, créé au Théâtre des Célestins à Lyon puis « Phi-Phi » (2010) opéra-comique de A. Willemetz et H. Christiné pour la Cie Les brigands créé à la scène nationale de La Rochelle puis au Théâtre de l’Athénée (le spectacle a reçu le prix du syndicat de la Critique)
« Patoussalafoi » (2015) livret de Philippe Dorin, musique de Mattéo Franscechini Opéra Théâtre de St Etienne
Et un concert spectacle pour 4 musiciens (The Delano Orchestra) et une comédienne sourde Emmanuelle Laborit : « Dévaste-Moi » (2017) toujours en tournée actuellement.

À partir de septembre 2018, Johanny Bert débute une nouvelle association pour trois saisons au Bateau Feu, scène nationale de Dunkerque.

FRED PALLEM

En 2006, Il crée Le sacre du tympan, qui obtient la révélation jazz aux Victoires de la musique. En 2007 il prend la direction de L’Orchestre de La Boule Noire à Paris. En 2008 le festival de jazz de la Villette lui commande une création autour de la musique de François de Roubaix L’homme orchestre. En 2009 il monte un ciné-concert avec Matthieu Chedid en invité pour l’exposition Jacques Tati à la Cinémathèque française. En 2010 Il compose des musiques pour la revue du Crazy Horse avec Philippe Decouflé. Il réalise et arrange le double album Hommage à Boris Vian. Il a travaillé entre autre avec Sébastien Tellier, Émilie Simon, Piers Faccini, Julien Lourau, Vincent Ségal, Jeanne Cherhal, Kent, Alain Chamfort, Gérard Darmon, André Minvielle, Feist, Sanseverino, Charlotte Gainsbourg, Vanessa Paradis, Sébastien Martel, Emily Loizeau, Antoine de Caunes, Edouard Baer, Tom Poisson, Julien Doré, Olivia Ruiz, Keren Ann, Zebda, Benoit Delbecq, Daniel Darc, Barbara Carlotti, Katerine, Thomas Fersen, JP Nataf, Dick Annegarn, Mathieu Boogaerts, Daphné, Juliette, Jane Birkin, Lio, Albin De La Simone, Noël Akchoté, Didier Wampas, Jeanne Moreau.

LES SEA GIRLS (Distribution en cours)

Judith Rémy
À l’ENSATT, elle rencontre Prunella Rivière et Sophie Buis. Elles créent Les Mirkats et leurs premiers spectacles. Elle tourne avec Christian Vincent Beau fixe, Nathalie Boutefeu Les coquilles, Le printemps est vite arrivé, Jérôme Bonnell Les yeux clairs, La dame de trèfle, Nathalie Donnini Où avais-je la tête ? Et pour la télévision avec Olivier Guignard, L’homme au pardessus, Rituels meurtriers... Elle a joué sous la direction d’Olivier Tchang-Tchong dans Jehanne. Elle renoue aujourd’hui grâce aux Sea Girls, avec la comédie, la chanson et la danse classique.

Prunella Rivière
Petite déjà, elle suivait son père dans les
 studios d’enregistrement. Après l’ENSATT, elle 
joue sous la direction d’Aurélien Recoing, de Julie 
Brochen dans Penthésilée, d’Elisabeth Chailloux
 dans Une lune pour les déshérités, d’Adel Hakim dans Les 
jumeaux vénitiens, Ce soir on improvise, La cagnotte et Magali Léris dans Willy Protagoras de Wajdi Mouawad. Elle monte deux compagnies Les Mirkats et Dérézo, chante avec Les voisins du dessus et apparaît à l’écran dans Où avais-je la tête ? de Nathalie Donnini et N’amasse pas mousse de Pierre-André Weité. Elle enseigne le jeu à l’Institut National des arts du Music Hall.

Delphine Simon
À l’école de l’Embarcadère, elle rencontre 
Jean-Luc Lagarce, Jacques Fornier et
 Philippe Minyana. Elle rejoint le Théâtre
 de Folle Pensée et la compagnie Dérézo et
 joue sous la direction de Robert Cantarella,
 Julie Brochen, Frédéric Fisbach. Elle pratique le chant comme d’autres l’aviron et crée un spectacle musical, Dans la peau, composé par Laurent Dehors. Elle joue dans Willy Protagoras mis en scène par Magali Léris, On n’est pas seul dans sa peau et Sous les visages de Julie Bérès, La petite d’Anna Nozière. Elle tourne avec Nathalie Boutefeu dans Le printemps est vite arrivé et Jérôme Bonnell dans J’attends quelqu’un.

L’équipe    Le Spectacle    La tournée    Presse    Contacts    Boutique    Nouveau spectacle    Facebook   |   Evous